Mandarine

Publié le par imanita

 Je me suis éteinte sous les lumières sombres de ma nuit.
 Le fantôme en moi s'était soûlait à l'odeur de tous ces corps humains qui traversaient mollement ce labyrinthe.
 Les murs de verre étaient souvent brisés sous les intrusions brusques de bras, de têtes, de jambes.

Des masses se heurtaient à la même seconde à un portail qui leur semblait ainsi mais qui en fait se faisait plus étroit que dans la dimension de leurs cerveaux.

 Des gens accouraient de partout. Des enjambées dans l'air du labyrinthe cloisonné par les talentueuses expositions transparentes.
Des paroles, de la sueur, mêlées à des pas humains qui transportaient vers le bout toutes ces âmes, mais le bout de quoi, me demandais-je?

 Et la vie ronronne au fond de moi. Et le labyrinthe ne fait que s'amplifier. L'image cloisonnée se clone et la masse humaine s'accroît, et les bouts de verre s'arrachent...

 L'image animée se poursuit devant mes yeux. Des naissances jusqu'à la volée de l'âme, on se fraie des bouts de route au sein du labyrinthe.

 Tantôt l'on est accompagné. Des rires, des sourires. On s'accommode au rose rêvé. On cherche le vert espéré. On sautille de joie au rouge illuminé. On se calme au blanc enneigé, et on avance.
 Sous nos pas le sol s'agrège, se replante et en reçoit d'autres.


  Tantôt l'on est seul, dépourvu d'une troisième ou d'une quatrième oreille qui nous écouterait, on parle à soi même. On place notre main gauche au sein de la droite comme pour rappeler à notre cerveau que c'est seulement à deux que la normalité existe. On cherche toujours à établir la symétrie dans nos gestes, à juxtaposer notre vie à celle d'une autre personne.
 Le chiffre deux tapote de son pied dans notre inconscient. On se cherche puis on avance quand même sous le flux grondant de la foule...


  Et on marche. Dans tous les sens on marche. On se croise. On se parle. On sourit. On éclate de rire. On se promet. On se quitte. On remarche. On franchit des soi-disant issues différentes. On se perd. On croise de nouveaux visages. On se parle. On sourit. On éclate de rire. On se promet et on remarche...On avance encore un petit peu. On recroise certains. On aperçoit les uns. On continue les bras dessus dessous avec quelques uns, et on marche...

 Le labyrinthe regorge d'attentes, d'espoirs, d'illusions...

 L'image s'extirpe de moi, puis je la rattrape, je veux comprendre.

Pourquoi?

 Le pourquoi éternel sur l'existence de ce dilemme en nous, en moi.

 Le labyrinthe farouche. Le labyrinthe nous apprivoise un moment, le temps d'une vie, le temps de juste avant la bousculade où enfin il prend fin .

 Je suis en sueur.
Une douleur transfixiante me rejette sur un mur en verre transparent.
Je reprends mon souffle de cette course abondante.
Je ferme les yeux un moment pour éclairer ma raison.
J'écoute mon cœur qui tambourine sous mes oreilles.

 J'inspire.

 Mes doigts se tordent, se marient, se quittent, dansent, se regardent, se sourient, se souviennent: une odeur de mandarine me lâchent ils dans le cerveau. Je n'ai pas touché de mandarine depuis hier, j'ai lavé mes doigts, mes mains, mille fois depuis hier et un demi million de fois ce matin, et pourtant mes bouts de doigts se souviennent de l'odeur de la mandarine... la mémoire, ma mémoire se cristallise, je lâche un soupir.
 
 Je bois du lait à la cuillère, j'ai de l'amer sous la langue.
 Je m'étire, mes omoplates cherchent leur souffle sur les bords latéraux de mon aura. Je suis un chat, je ne miaule pas.

 J'inspire à nouveau.

 Mon labyrinthe se dandine.

 Je m'empaille.


IB.

Publié dans moi

Commenter cet article

rosemarie 27/04/2006 11:56

   La vie vaut elle encore la peine docteur?
   qu'est ce que c'est que ce gout amer ? n'as tu pas pris du lait de soja? ...en tout cas ca va partir seul et très vite , ne te fais pas de soucis .
    Lorsqu'on a une amertume c'est tout simplement le reflet de ce que se passe dans l'estomac .
    Un peu de patience et ca y ira .

rosemarie 27/04/2006 11:43

   La vie vaut elle encore la peine docteur ?
   Qu'est ce que c'est que ce gout amer n'as tu pas pris du lait de soga?en tout cas ca va partir tout seul et très vite ne te fais pas bcp de soucis .
     Lorsqu'on a une amertume c'est tout simplement le reflet de ce que se  passe dans l'estomac .
     Un peu de patience et ça y ira.

Almaknassi 27/04/2006 03:33

Mais enfin,qui est cette mandarine?? Est-ce le pseudo d'une fragile fleur de coquelicot qui est enfermée contre son grès dans une serre vitrée?? Autant que je saches le coquelicot galope en plein liberté dans tous les champs !! Have nice day :) 

tulipe noire 25/04/2006 17:53

l'idée du labyrinthe est vraiment bien choisie bravo! bises

Travis 25/04/2006 07:10

Je comprend pas pourquoi les écris des filles blogeuses  marocaines sont aussi noir ses derniers jours ???...je viens de faire un tour et pratiquement la plupart part de souffrance, de chagrin d'amour, de dépression...normalement c’est le printemps vous devriez être plus joyeuses...