Le cirque orange

Publié le par imanita

 Dans l'air du temps je suis suspendue. De mes mains je tiens les deux cordes auxquelles je m'accroche, avant mon saut dans l'espace volant, animé par la respiration bruyante, des spectateurs foulant cette gigantesque tente sous laquelle des numéros et des numéros défilent le long de l'année.

 Je me lâche sous ma tenue scintillante, j'inspire profondément avant ma lancée, je me coupe le souffle, et je me balance dans la pénombre. Je me transforme en une chandelle à deux bougies qui malgré la célérité déployée ne s'éteignent pas.

 Je m'abîme dans le ciel de cette immensité qui s'ouvre à moi.

 Je persiste et dans le flou du mouvement qui accompagne mon jet corporel, ma lumière, ma bougie se revivifie, les gens autour de moi disparaissent, leurs respirations se meurent sous mon souffle, ma lumière me prend sous ses bras et je m'envole...

 Je me vois sous plusieurs couleurs, je me perds, mes mots se perdent.

 Un bruit intérieur se creuse en moi, je n'arrive pas à le palper.

 Je songe...

 Soudainement, je ne peux plus rien formuler.

 Pourquoi ce vide, pourquoi ce sentiment de figée dans ce ciel, au dessus de ce cirque?

 Plein de rôles, trop de rôles. Le monde brille sous des ornements infinis, et maldéfinis. Qui emprunte quoi, pourquoi les uns prennent ce rôle là, pourquoi les autres se faufilent sous la soutane de ce rôle ci?

 Je reprends chaque séquence de ce que j'ai vécu, je me blottis contre ce qui me reste de ma tendresse en moi.
 
 Je me confonds à nouveau avec cette petite fille éternelle en moi, ses yeux ne  se décollent pas, elle a perdu son sourire, elle a perdu la lumière qui éclairait ses nuits. Elle a laissé chavirer quelque part dans ce monde cette lune qui se fondait  dans l'horizon sous le rayonnement tant audacieux de ce soleil...ses jours s'éblouissaient...ses jours périssaient...

 Je continue de m'élancer, je poursuis mon absence, je frôle une à une les molécules de mon espace, elles me câlinent, elles déposent sur mon être un baume mielleux, un parfum douceâtre s'en échappe...

 Je tire le rideau vert, j'ouvre ma fenêtre. Un ciel gris timide sous un soleil qui entreprend sa danse fugace, spontanée aux cotés de ma pluie...

 Plus rien, plus d'images, j'ouvre les yeux, je les referme.

 La planche de mon trapéziste n'est plus loin. Mon corps a dû sculpter de nombreux enrobages aériens pendant que je me scellais à ma transe...des bras, puis des jambes, des pieds, des visages absents...

  Un tonnerre se propage, un palmier s'obstine à faire danser ses branches sous un rythme un peu bizarre...

 Que des bizarreries, cette vie.

 Je replonge mon être sous cet allegretto, puis je me libère de mes  planches.

 Je brusque le vide mais cette fois-ci en une saccade verticale.

 J'atterris surs les filets protecteurs. J'ouvre les yeux. Les clameurs de la salle reprennent. La respiration de cette masse humaine reprend.

 Je reprends mon souffle pour le réadapter à cette échelle.

 Je m'assieds. Je croise mes jambes.

 Je ramène mes bras vers ma tête, j'entrouvre les mèches de mes cheveux sous un écartement furtif de mes doigts, puis j'ouvre mon petit coffret rouge que je retrouve à mon étonnement sur ces filets.

  Entre sol et ciel, je suis toujours suspendue. Le miroir au fond de mon coffret reflète mon regard. Je me souris. Des couleurs il y en a en palettes, je prends un pinceau, j'étale de la poudre orangée sur mes paupières, je me re souris, et je ferme mon coffret...

IB.

 

Publié dans moi

Commenter cet article

imanita 02/04/2006 14:25

Un sourire à  vous tous qui passez par là :-)Merci...

omar 31/03/2006 10:14

juste pour te faire un petit coucou et te dire merci pour les compléments que tu m'as fais sur mon blog, je retourne sur ton blog pour lire ce qui tu raconte.
  mes amitiés

rosana 29/03/2006 11:59

               J'adore vraiment tes écris , c'est très touchant on y trouve pleine de couleurs , ...........fais un effort pour nous faire sortir quelque chose qu'on sent qu'elle reste encore cachée à ton ineterieur .
             mes amitiés pour toi

loulouzip 29/03/2006 00:09

j'aime bien tes écris. très bon style !!!!

Sanaa 28/03/2006 23:36

Et tu reviens quand?