Clin d'oeil

Publié le par imanita

La veille, j'ai parcouru un roman* qui m'a plongé dans un monde sombre fait de violence, de misère racontée avec minutie de la bouche de son auteur, de la première page jusqu'à la drenière je n'ai pu m'empecher de penser que finalement ces gens aussi analphabètes ,aussi ignards soient-ils ont une part de lucidité malgrè leurs abrutissements apparents, leurs vies ou plus précisèment leurs survies dans la rue, la promiscuité , l'hygiène de vie défectueuse, la faim, l'alcool, la drogue, la délinquence, la prostitution , la mort...pendant longtemps j'avais cru que le conscient chez ces personnes étaient comme largué à la vague de l'oubli, de part mes études j'ai dû cotoyer de très pret la souffrance humaine et dans ces moindres détails, mais jamais j'ai eu un témoignage aussi vivant d'un univers si embrouillé et surtout relaté par une personne ayant vécu en plein dedans...

Le livre a été pour moi comme une réponse à une question que je m'étais posée: un jour revenant du lycée, un bonhomme m'a arraché ma chaine , ma première reaction était de le regarder en face, je me suis arretée j'ai commencé à lui parler, je lui disais: ma chaine tu peux très bien la prendre mais est ce que ton rapport avec le bon dieu ne t'impose pas d'eviter ce genre d'action, l'autre me regardait avec stupéfaction et moi je continuais ma phrase et puis la pauvreté ne justifie pas le vol, tu ferais mieux de chercher un petit boulot au lieu de te retrouver le  jour du jugement dernier avec plein de pechés....il tenait son morceau de verre entre ces doigts et m'effrayait avec, moi j'étais là comme plantée entrain de lui raconter des niaiseries se disait -il certainement et puis je sentais qu' au moins il aurait eu ceci comme conseil, peut etre que ça lui servira un jour je balbutiais, meme si je n'avais à l'époque que seize ans, et puis je m'en étais allée, arrivée à la maison, je m'effondrais en larmes, mais au fond de moi j'avais gagné une petite chose je me disais, j'avais passé un message qui me paraissait des plus devables à ce genre de personne, quoique mes amis de l'époque m'ont rétorqué: mais Imane il ne saura jamais le sens... là avec ce livre je sais que le bonhomme avec lequel j'avais parlé il y a une dizaine d'années avait probablement compris...

L'arrière gout amère  que je garde de la lecture de ce récit autobiographique me fait apprendre que de dans la vie il y a toujours pire que ce qu'on vit, enfin je le savais, mais on s'oublie souvent dans sa propre souffrance et on passe souvent à coté de moments qui peuvent etre les meilleurs de toute notre vie...

J'écris ceci sous une musique dorlotante**

Je dédie cette chanson à toute personne en quete du bonheur et specialement à mon ami , celui qui m'a gracieusement prêté ce bouquin, les meilleurs jours sont à venir avec l'aide de dieu!

*   Le pain nu de Mohamed Choukri
** Almounfarija de Abdelhadi Belkhayat


IB.

Publié dans Clin d'oeil

Commenter cet article

imanita 16/02/2006 13:32

Almaknassi merci à toi de me tenire compagnie :-)Teddybear  le pain est vraiment nu je te le dis ;-)Douleur tu ferai mieux de signer sous joie, espoir , un mot du genre ça te fera du bien :-)

douleur 13/02/2006 11:40

Ravi que le roman t'as marquée à ce point !

teddybear 10/02/2006 16:29

ca me donne envie de le lire merci imane :)

Almaknassi 09/02/2006 21:35

Ah!! Le grand Choukri dans tous ses états !! Merci Imanita pour cet hommage à la mémoire d'un sublime écrivain!! Je profite de cette occasion pour lancer un apel à nôtre ministre de la culture ou à tout autre responsable à l'écoute,de se précipiter pour transformer la maison de Mohammed Choukri (comme le voulait le défunt) en musé ou en fondation avant que l'oublie ou les pilleurs effacent toute trace de ce monument national.J'éspère que ce n'est pas déjà trop tard. Encore une fois merci.Bonne journée. :)